Vous êtes ici :  Accueil
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
CFDT-ANPIT

cfdt_anpit.png

L'Anpit
Info Anpit
 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
wLkHB
Recopier le code :
Recherche
Recherche
Calendrier
Edito juin 2020

Non ce n’est pas fini, mais c’est mieux

Le confinement prend fin. Cela ne veut pas dire que le virus ne circule plus, il circule moins, et la capacité d’accueil en milieu hospitalier n’est plus au bord de l’explosion. La situation a été tendue, et malgré un démarrage difficile, globalement au Ministère des Armées cela s’est plutôt bien déroulé. Il y a toujours des brebis galeuses, quelques supermans d’opérettes pour qui l’uniforme et les galons ont tenu lieu de protection, mettant ainsi en danger la santé voire, la vie des personnels civils travaillant avec eux. Il est vrai que les risques pris sur un théâtre d’opération sont bien plus élevés, pour une troupe peu entraînée, que le virus pour des personnes jeunes. Certains oublient qu’une communauté de Défense comprend également des personnels pour qui le risque n’était pas acceptables. Si le dialogue social s’est bien passé au niveau du ministère et de ses grands employeurs, localement il y a eu des difficultés. C’est un des enseignements à tirer de cette crise. Il ne faudrait pas renouveler certains errements. Les plans de reprises progressives d’activité se déroulent de manière complètement hétérogène. Pour certains la reprise est rapide, et pour ne pas paraphraser ce colonel qui apparait de temps en temps dans la 7ème compagnie, on peut dire « pas si vite ! ». De même le fait de classifier les PRPA peut s’entendre mais pour certaines activités cela ne fait pas très sérieux et sert principalement à dissimuler aux CHSCT des éléments.

Autre enseignement de cette crise, le succès du télétravail, encore perfectible, certes, mais l’effort des agents de la Dirisi a payé. Qui aurait pu croire, avec toutes les difficultés pointées par les organismes avant la crise que le télétravail se déroulerait aussi bien. Qui aurait pu croire, que la Ministre encouragerait cette pratique. Alors certes, il ne s’est pas bien déroulé partout, les conditions matérielles pour certains agents n’étant pas des plus favorables. Mais ce qui est sûr, il va falloir se poser la question de ce mode de travail en dehors d’un temps de crise et l’encadrer pour qu’il ne conduise pas à des dérives. Ne pas se couper, d’une communauté de travail, pouvoir séparer efficacement la vie professionnelle de la vie privée, ne pas s’enfoncer dans le syndrome de la cabane, d’un autre coté que de temps gagné en déplacement, en efficacité, en réduction de l’impact écologique. Une vraie réflexion est à porter sur le sujet, et pour cela il faudra contourner l’obstacle du petit chef qui se sent important quand il a tout son monde autour de lui. Les entreprises privées ont tout de suite compris l’intérêt et là le problème posé est de ne pas aller trop loin dans l’autre sens, car elles y ont un vrai intérêt économique.

Le problème des congés imposés par ordonnance, démontre que le gouvernement a une vision complètement dogmatique de ce qu’est un agent de la fonction publique. C’est compréhensible que des agents en télétravail aient besoin de congé, car télétravailler c’est travailler. Mais ce sont des grandes filles et des grands garçons, et s’ils veulent poser des congés c’est de leur responsabilité. Pour les agents en ASA, on leur fait porter la responsabilité de la crise, de leur état de santé ou le fait qu’ils aient des enfants. Ce n’est pas acceptable. Encourager le don volontaire de congé vers les agents qui étaient en première ligne l’aurait été. Ce n’est pas ce qui a été proposé. Les congés post confinement vont être nécessaire, pour évacuer le stress, pour permettre aux familles de se retrouver, pour tout simplement respirer. Sortir d’une logique purement économique pour aller vers une logique plus humaine. Comme d’habitude en France, pour traiter 2% de mauvais élèves, on punit 100% des agents. 

La vie reprend et le premier CTM post crise s’est tenu. Important pour nous, deux textes concernant les Ingénieurs Civils de la Défense sont passés. Désormais le corpus du statut est complet, il conviendra de le faire évoluer à la marge, mais une très vieille revendication de près de 20 ans est satisfaite. Il convient maintenant comme nous l’avons dit en CTM de s’attaquer au statut des TSEF, rappelez vous la stratégie que nous avions exposé déjà depuis longtemps. La filière technique était écrasée par le haut parce que les IEF étaient positionnés trop bas compressant et tirant toute la filière technique vers le bas. Désormais replacé au bon niveau, le corps permet un espace de respiration pour les TSEF à la condition que les statuts, les spécialités et les formations d’adaptent pour les TSEF, c’est le chantier qui commence.

Désormais place à l’avenir en espérant que le monde d’après sera bien meilleur que le monde d’avant. Soyez toujours prudent, précautionneux, le virus n’est pas éradiqué

Forum en direct

Les 10 derniers billets
[CTR Marine] Un CTR de déconfinement  -  par WebmasterAnpit

La réunion du Comité Technique de Réseau Marine s’est déroulée en audio conférence le 11 juin 2020 sous la présidence de l’Amiral DUPUIS, Directeur du personnel de la Marine (DPMM). Un CTR centré sur la gestion de la crise sanitaire COVID-19. 

- Compte rendu

- Déclaration liminaire

Lire la suite Lire la suite

La réunion du Comité Technique de Réseau Marine s’est déroulée en audio conférence le 11 juin 2020 sous la présidence de l’Amiral DUPUIS, Directeur du personnel de la Marine (DPMM). Un CTR centré sur la gestion de la crise sanitaire COVID-19. 

- Compte rendu

- Déclaration liminaire

Fermer Fermer

Publié le 18/06/2020 09:33  Prévisualiser...   Imprimer...   Haut

La réunion du Comité Technique de Réseau (CTR) Terre s’est déroulée en audio conférence le 3 juin 2020 sous la présidence du Général de Corps d’Armée (GCA) Frédéric HINGRAY, Directeur des Ressources Humaines de l’Armée de Terre. Un CTR exceptionnel centré sur la gestion de la crise sanitaire COVID-19, la sortie du confinement et les actions conduites par la DR-HAT. Compte rendu...

Lire la suite Lire la suite

La réunion du Comité Technique de Réseau (CTR) Terre s’est déroulée en audio conférence le 3 juin 2020 sous la présidence du Général de Corps d’Armée (GCA) Frédéric HINGRAY, Directeur des Ressources Humaines de l’Armée de Terre. Un CTR exceptionnel centré sur la gestion de la crise sanitaire COVID-19, la sortie du confinement et les actions conduites par la DR-HAT. Compte rendu...

Fermer Fermer

Publié le 18/06/2020 09:29  Prévisualiser...   Imprimer...   Haut

La CFDT constate que les différents reportings et enquêtes réalisées par l’administration ne font que confirmer les propos que nous tenons depuis le début du confinement face à l’isolement des agents lié à une insuffisance de communication des manageurs et directions de centres.

Lire la suite...

Lire la suite Lire la suite

La CFDT constate que les différents reportings et enquêtes réalisées par l’administration ne font que confirmer les propos que nous tenons depuis le début du confinement face à l’isolement des agents lié à une insuffisance de communication des manageurs et directions de centres.

Lire la suite...

Fermer Fermer

Publié le 10/06/2020 22:56  Prévisualiser...   Imprimer...   Haut

Compte-tenu de l’ensemble de ces contraintes, et sur la base de l’ordonnance précitée, la DRH- MD envisage d’adapter l'organisation des épreuves des concours, voire d’alléger les épreuves de certains. Ces allègements pourraient consister un écrit d’admission éventuellement suivi d’un oral au moment de la titularisation alors que la plupart des concours prévoyaient une épreuve écrite d'admissibilité et une épreuve orale d'admission.

Les épreuves d’admission qui pourraient être allégées seraient les suivantes :

  • IEF, TSEF2 et TSEF3 internes : transformation des écrits d'admissibilité qui ont déjà eu lieu en écrits d'admission et donc sans épreuve orale d'admission.
  • SACN externe (interministériel) : concours commun organisé par le Ministère de l'éducation nationale qui envisage de ne faire qu'un seul écrit d'admission. La publication du texte interministériel définissant ces nouvelles modalités est attendue.
  • SACN interne : transformation de l’écrit d'admissibilité qui a déjà eu lieu en écrit d'admission et donc sans épreuve orale d'admission.

Les modalités de classement des candidats et l’organisation de l’évaluation en cours de l’année probatoire resteraient à définir. La CFDT Défense sera attentive à ce que l'égalité de traitement entre tous les candidats soit bien respectée.

Concernant les concours IEF, TSEF2 et TSEF3 externes, les épreuves orales d'admission seraient maintenues mais leurs modalités restent à définir (présentiel sur Lyon ou visioconférence depuis des centres d’examen distants).

La sécurité sanitaire des candidats, des membres du jury et des personnels du ministère des armées qui organiseront les concours doit cependant rester la préoccupation prioritaire et la CFDT Défense demeurera vigilante sur ce point.

Si les mesures évoquées permettraient de répondre à temps aux besoins en recrutement des employeurs en affectant les lauréats dans des délais prévus initialement, et par là même de fixer rapidement les candidats sur leur sort, il n’en reste pas moins que ces mesures doivent rester exceptionnelles car liées au contexte de crise sanitaire. Elles ne doivent pas devenir la règle. La CFDT Défense y veillera.

La CFDT Défense se pose la question des examens professionnels.

Prenons garde à ce que toutes ces « dérogations exceptionnelles » sur les droits individuels ou collectifs soient effectivement clairement circonscrites dans leur ampleur et limitées sur la durée de la crise sanitaire. A défaut, par un effet « cliquet » insidieux, elles risquent de désagréger les bases de notre démocratie et de notre « vivre ensemble ».

La CFDT Défense vous tiendra informé de l’évolution de la situation. Pour toutes questions, précisions et compléments, vous pouvez vous adresser à votre délégué ou déléguée CFDT Défense.

Paris, le 7 mai 2020

version imprimable

Lire la suite Lire la suite

Compte-tenu de l’ensemble de ces contraintes, et sur la base de l’ordonnance précitée, la DRH- MD envisage d’adapter l'organisation des épreuves des concours, voire d’alléger les épreuves de certains. Ces allègements pourraient consister un écrit d’admission éventuellement suivi d’un oral au moment de la titularisation alors que la plupart des concours prévoyaient une épreuve écrite d'admissibilité et une épreuve orale d'admission.

Les épreuves d’admission qui pourraient être allégées seraient les suivantes :

  • IEF, TSEF2 et TSEF3 internes : transformation des écrits d'admissibilité qui ont déjà eu lieu en écrits d'admission et donc sans épreuve orale d'admission.
  • SACN externe (interministériel) : concours commun organisé par le Ministère de l'éducation nationale qui envisage de ne faire qu'un seul écrit d'admission. La publication du texte interministériel définissant ces nouvelles modalités est attendue.
  • SACN interne : transformation de l’écrit d'admissibilité qui a déjà eu lieu en écrit d'admission et donc sans épreuve orale d'admission.

Les modalités de classement des candidats et l’organisation de l’évaluation en cours de l’année probatoire resteraient à définir. La CFDT Défense sera attentive à ce que l'égalité de traitement entre tous les candidats soit bien respectée.

Concernant les concours IEF, TSEF2 et TSEF3 externes, les épreuves orales d'admission seraient maintenues mais leurs modalités restent à définir (présentiel sur Lyon ou visioconférence depuis des centres d’examen distants).

La sécurité sanitaire des candidats, des membres du jury et des personnels du ministère des armées qui organiseront les concours doit cependant rester la préoccupation prioritaire et la CFDT Défense demeurera vigilante sur ce point.

Si les mesures évoquées permettraient de répondre à temps aux besoins en recrutement des employeurs en affectant les lauréats dans des délais prévus initialement, et par là même de fixer rapidement les candidats sur leur sort, il n’en reste pas moins que ces mesures doivent rester exceptionnelles car liées au contexte de crise sanitaire. Elles ne doivent pas devenir la règle. La CFDT Défense y veillera.

La CFDT Défense se pose la question des examens professionnels.

Prenons garde à ce que toutes ces « dérogations exceptionnelles » sur les droits individuels ou collectifs soient effectivement clairement circonscrites dans leur ampleur et limitées sur la durée de la crise sanitaire. A défaut, par un effet « cliquet » insidieux, elles risquent de désagréger les bases de notre démocratie et de notre « vivre ensemble ».

La CFDT Défense vous tiendra informé de l’évolution de la situation. Pour toutes questions, précisions et compléments, vous pouvez vous adresser à votre délégué ou déléguée CFDT Défense.

Paris, le 7 mai 2020

version imprimable

Fermer Fermer

Publié le 11/05/2020 09:21  Prévisualiser...   Imprimer...   Haut

Nombre d’agents sont aujourd’hui contraints de rester confinés chez eux, soit pour garder leurs enfants, soit parce qu’ils ont été en contact avec des personnes infectées par le Coronavirus, soit parce qu’ils sont malades eux-mêmes, ou simplement parce que leur activité n’est pas essentielle au regard des priorités définies par les employeurs et que l’impératif national est de respecter le confinement des citoyens. D’autres enfin  ravaillent « presque » comme d’habitude en présentiel, ou chez eux (télétravail ou travail à distance). Et beaucoup se posent la question de savoir ce que leur employeur peut leur imposer en termes de congés.

Lire la suite...

Lire la suite Lire la suite

Nombre d’agents sont aujourd’hui contraints de rester confinés chez eux, soit pour garder leurs enfants, soit parce qu’ils ont été en contact avec des personnes infectées par le Coronavirus, soit parce qu’ils sont malades eux-mêmes, ou simplement parce que leur activité n’est pas essentielle au regard des priorités définies par les employeurs et que l’impératif national est de respecter le confinement des citoyens. D’autres enfin  ravaillent « presque » comme d’habitude en présentiel, ou chez eux (télétravail ou travail à distance). Et beaucoup se posent la question de savoir ce que leur employeur peut leur imposer en termes de congés.

Lire la suite...

Fermer Fermer

Publié le 13/04/2020 13:03  Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
MESURES COVID-19 AU TRAVAIL  -  par WebmasterAnpit

MESURES COVID-19 AU TRAVAIL :

PAS SANS LA CFDT

NI SANS LES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL

Au-delà du quotidien des agents et salariés, le fonctionnement de nos établissements et formations est fortement bouleversé par les impacts de la crise sanitaire. A l’impréparation (ou au « retard à l’allumage ») de certains organismes, se rajoutent les interprétations personnelles de quelques responsables trop zélés. Alors que des directives ministérielles tentent de recadrer les comportements en matière de SST et d’adapter, à la marge et de manière temporaire, la réglementation générale, le rôle des mandatés CFDT dans les instances (CT, CHSCT) est plus que jamais primordial.

Lire la suite...

Lire la suite Lire la suite

MESURES COVID-19 AU TRAVAIL :

PAS SANS LA CFDT

NI SANS LES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL

Au-delà du quotidien des agents et salariés, le fonctionnement de nos établissements et formations est fortement bouleversé par les impacts de la crise sanitaire. A l’impréparation (ou au « retard à l’allumage ») de certains organismes, se rajoutent les interprétations personnelles de quelques responsables trop zélés. Alors que des directives ministérielles tentent de recadrer les comportements en matière de SST et d’adapter, à la marge et de manière temporaire, la réglementation générale, le rôle des mandatés CFDT dans les instances (CT, CHSCT) est plus que jamais primordial.

Lire la suite...

Fermer Fermer

Publié le 13/04/2020 12:59  Prévisualiser...   Imprimer...   Haut

Sécurité au travail dans le contexte de la crise sanitaire COVID-19 : Une responsabilité pénale du chef d’organisme réaffirmée, mais aussi celle du cadre de proximité qui accepte la délégation de pouvoir. Avec des conséquences lourdes si le lien entre contamination et défaut des mesures de prévention et de protection mises en œuvre est prouvé ...

Lire la suite Lire la suite

Sécurité au travail dans le contexte de la crise sanitaire COVID-19 : Une responsabilité pénale du chef d’organisme réaffirmée, mais aussi celle du cadre de proximité qui accepte la délégation de pouvoir. Avec des conséquences lourdes si le lien entre contamination et défaut des mesures de prévention et de protection mises en œuvre est prouvé ...

Fermer Fermer

Publié le 13/04/2020 12:50  Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Cadres et entretien professionnel  -  par WebmasterAnpit

L’entretien professionnel est trop souvent accolé à l’entretien d’évaluation sur les objectifs annuels comme un rendez-vous obligatoire de plus. Il peine à trouver son rôle, sa méthode et son utilité. 

Lire la suite Lire la suite

L’entretien professionnel est trop souvent accolé à l’entretien d’évaluation sur les objectifs annuels comme un rendez-vous obligatoire de plus. Il peine à trouver son rôle, sa méthode et son utilité. 

Fermer Fermer

Publié le 13/04/2020 12:39  Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
COVID 19 : La CFDT à vos cotés  -  par WebmasterAnpit

[version PDF] Nous vivons depuis une semaine une situation inédite en France avec des millions d’individus confinés chez eux pour raisons sanitaires. 

Pour le ministère, les plans de continuité d’activité se sont mis en place pour faire face à cette situation. 

Nous sommes en lien avec le ministère, les directions centrales ainsi que la DRHMD afin de faire remonter toutes les difficultés dans ces mises en place. Et il semblerait qu’il y en ait quelques unes ! 

Nous regrettons que les CHSCT ne soient pas systématiquement consultés pour la mise en place des plans de continuité de l’activité. Le CHSCT est l’instance de dialogue la plus pertinente dans ce genre de situation, pour la déclinaison des PCA et la discussion sur l’organisation du travail correspondante. C’est sans doute par ce biais-là également que les agents auraient pu recevoir l’information la plus complète et la plus cohérente pour justifier des situations individuelles dans lesquelles ils se retrouvaient (présence sur site, activité stratégique, essentielle, prioritaire…télétravail, ASA, garde d’enfant…). 

Nous, les personnels, sommes légitimement inquiets sur plusieurs points. Celui de la santé bien sûr et certains d’entre nous vont travailler la peur au ventre (peur d’être malade, peur de contaminer d’autres personnes, leur famille…). Mais nous craignons aussi la suite des évènements et le « retour à la normale » : dit autrement : à quelle sauce allons-nous être mangés après ? Quels « efforts » va-t-on nous demander : sur les rémunérations, sur les congés, etc. ? Aurons-nous, par le biais de nos représentants, notre mot à dire ? 

Les représentants CFDT n’ont pas aujourd’hui toutes les réponses, mais autant que faire se peut, ils sont disponibles par téléphone via intradef ou internet pour vos questions. Au jour d’aujourd’hui, nous savons que : 

  • La paie d’avril sera versée dans les mêmes conditions financières que celle de mars. L’impact sur les jours RTT devrait être nul, sauf que la loi du 23 mars sur l’urgence sanitaire n’a pas encore livré tous ses effets ! 
  • Tous les PCA sont loin d’être clairs et connus des agents. 
  • Certains chefs de corps ne sont pas « sérieux » et jouent avec la santé des agents. 

La CFDT est en lien constant avec le ministère sur tous ces sujets et n’hésite pas l’interpeller fermement sur chaque situation dangereuse pour la santé publique dont elle a connaissance grâce aux remontées du terrain. 

Nous devons tous être responsables et citoyens que l’on soit agent de CAT C ou général 5 étoiles. 

La CFDT comme à son habitude prend toute sa responsabilité et sa part dans la gestion de cette crise. 

Prenez soin de vous et de votre famille  

Lire la suite Lire la suite

[version PDF] Nous vivons depuis une semaine une situation inédite en France avec des millions d’individus confinés chez eux pour raisons sanitaires. 

Pour le ministère, les plans de continuité d’activité se sont mis en place pour faire face à cette situation. 

Nous sommes en lien avec le ministère, les directions centrales ainsi que la DRHMD afin de faire remonter toutes les difficultés dans ces mises en place. Et il semblerait qu’il y en ait quelques unes ! 

Nous regrettons que les CHSCT ne soient pas systématiquement consultés pour la mise en place des plans de continuité de l’activité. Le CHSCT est l’instance de dialogue la plus pertinente dans ce genre de situation, pour la déclinaison des PCA et la discussion sur l’organisation du travail correspondante. C’est sans doute par ce biais-là également que les agents auraient pu recevoir l’information la plus complète et la plus cohérente pour justifier des situations individuelles dans lesquelles ils se retrouvaient (présence sur site, activité stratégique, essentielle, prioritaire…télétravail, ASA, garde d’enfant…). 

Nous, les personnels, sommes légitimement inquiets sur plusieurs points. Celui de la santé bien sûr et certains d’entre nous vont travailler la peur au ventre (peur d’être malade, peur de contaminer d’autres personnes, leur famille…). Mais nous craignons aussi la suite des évènements et le « retour à la normale » : dit autrement : à quelle sauce allons-nous être mangés après ? Quels « efforts » va-t-on nous demander : sur les rémunérations, sur les congés, etc. ? Aurons-nous, par le biais de nos représentants, notre mot à dire ? 

Les représentants CFDT n’ont pas aujourd’hui toutes les réponses, mais autant que faire se peut, ils sont disponibles par téléphone via intradef ou internet pour vos questions. Au jour d’aujourd’hui, nous savons que : 

  • La paie d’avril sera versée dans les mêmes conditions financières que celle de mars. L’impact sur les jours RTT devrait être nul, sauf que la loi du 23 mars sur l’urgence sanitaire n’a pas encore livré tous ses effets ! 
  • Tous les PCA sont loin d’être clairs et connus des agents. 
  • Certains chefs de corps ne sont pas « sérieux » et jouent avec la santé des agents. 

La CFDT est en lien constant avec le ministère sur tous ces sujets et n’hésite pas l’interpeller fermement sur chaque situation dangereuse pour la santé publique dont elle a connaissance grâce aux remontées du terrain. 

Nous devons tous être responsables et citoyens que l’on soit agent de CAT C ou général 5 étoiles. 

La CFDT comme à son habitude prend toute sa responsabilité et sa part dans la gestion de cette crise. 

Prenez soin de vous et de votre famille  

Fermer Fermer

Publié le 26/03/2020 17:16  Prévisualiser...   Imprimer...   Haut

Vous trouverez ci-joint le décret suivant concernant l'organisation de concours nationaux à affectation locale:

- Décret no 2020-121 du 13 février 2020 relatif à l’organisation de concours nationaux à affectation locale pour le recrutement de fonctionnaires de l’Etat

Lire la suite Lire la suite

Vous trouverez ci-joint le décret suivant concernant l'organisation de concours nationaux à affectation locale:

- Décret no 2020-121 du 13 février 2020 relatif à l’organisation de concours nationaux à affectation locale pour le recrutement de fonctionnaires de l’Etat

Fermer Fermer

Publié le 29/02/2020 11:12  Prévisualiser...   Imprimer...   Haut